Comment le VTTAE a changé ma vie (ou presque !)

vttae-vtt-électrique.jpg

Voilà, j’ai fait mon coming out du VTTAE. Oui, j’avoue avoir un faible pour les gros vélos « assistés ». Et si vous hésitez encore, je risque de vous décider à basculer du côté électrisé de la force. Ne vous inquiétez pas, la seule chose que vous risquez, c’est de rouler deux fois plus. 

Une chose est certaine, c’est que le VTTAE – le VTT à Assistance Electrique- ne laisse personne indifférent. Il y a les Pour, les Contre, les « c’est-un-truc-de-feignasse« , les puristes « c’est-pas-du-VTT« … En fait, il y a les idées que l’on se fait du VTTAE et… il y a la pratique. Ou plutôt les pratiques.

Car ce que l’on met en avant, quand on parle de VTTAE dans les médias, ce sont les nouveaux pratiquants, ceux qui se remettent au sport, des retraités, des novices. Cela contribue à donner l’image d’un VTTAE facilitant, grand public.

Ce qui est vrai, car ma mère (qui a toujours fait beaucoup de vélo malgré tout) s’enfile 90km de VTT et 2500 m de dénivelé en une journée, malgré un sévère problème cardiaque et 63 printemps (mais deux batteries ;) ). On est d’accord, le VTTAE ouvre les portes du VTT à un large public, et motive plein de gens à se (re)mettre au vélo ! 

A ce stade, comme vous n’êtes ni retraitée, ni novice, vous vous dites que le VTTAE n’est pas pour vous. C’est ce que je me disais aussi. Jusqu’à ce que je goûte au VTTAE à la sauce enduro, ou plutôt, jusqu’à ce que j’ai un VTTAE à moi, un Liv Intrigue E+.

vttae-enduro-électrique.jpg

LE VTTAE EN MODE ENDURO

Et là, mon horizon s’est élargi, j’ai totalement redécouvert mon terrain de jeu. 

Je partage ma vie entre Val d’Isère (hiver été) et les Pyrénées (à l’intersaison), je suis donc toute l’année en pleine montagne. C’est un terrain de jeu idéal pour le VTT, mais ça monte quand même très raide rapidement. Des descentes de 1000m de dénivelé, y’en a à foison, mais on va dire qu’elles se méritent et qu’on ne va pas s’en enchaîner deux dans la journée. Et certainement pas en deux heures à la pause déjeuner ou en afterwork !

C’est là où le VTTAE prend tout son sens : on peut aller plus loin en moins de temps. 

Prenons l’exemple de la pause dej. Auparavant, avec mon vélo d’enduro, j’avais le choix entre deux circuits de singles sympas : en si peu de temps, impossible d’atteindre les autres depuis la maison. C’était cool, et franchement, ça me convenait.

Sauf que désormais avec mon enduro électrique, en deux heures, je m’avale près de 20 bornes et 900 m de dénivelé à la pause déjeuner ! J’ai pu accéder à tout un tas de chemins, explorer de nouvelles zones.

Idem, cet été, je partais à 19h me faire ce type de sortie, retour à 21h pour l’apéro …Le genre de truc qui donne à la moindre pause une saveur de mini week end !

 

QUAND TU TE METS A KIFFER LA MONTEE EN VTTAE

Autant vous dire que pour se claquer 20 bornes et 900m de dénivelé en deux heures, on est pas en train de pédaler à la cool.

Ce n’est pas non plus une mobylette, il faut appuyer sur les pédales, mais on va tellement vite que c’est hyper agréable. 

Cela permet aussi de se mettre des challenges de franchissement à la montée, dans les cailloux, les épingles, les montées ultra raides. Avec la puissance de la machine, on parvient à grimper dans les singles où l’on aurait jamais pensé monter avec un VTT musculaire.

On se challenge sur les parties caillouteuses/raides/tortueuses, ce qui pimente vraiment la partie montée, qui en devient presque aussi ludique que la descente ! Personnellement, je n’ai jamais autant pédalé que depuis que j’ai mon Liv Intrigue E+ . C’est simple, je suis tout le temps partie en vadrouille ! 

IMG_20190719z_175926_790

VTTAE = DEUX FOIS PLUS DE VOLUME DE RIDE

J’ai progressé en technique de pilotage car j’accède à des terrains plus variés et aussi parce que je roule beaucoup plus. Et peu importe le mode dans lequel je me mets, je pédale toujours « à fond », et parfois, j’ai la sensation d’avoir fait une plus grosse séance qu’en musculaire. 

Vous l’aurez compris, quand on vit en montagne, le VTTAE ça change la vie et ouvre les portes de bien d’autres sentiers.

Alors oui, bien sûr, c’est complémentaire avec les autres types de pratiques, et il m’arrive de rouler en bikepark la journée puis de prendre mon VTTAE le soir pour faire d’autres circuits… Je me sers toujours de mon enduro musculaire, mais je ne pourrais plus me passer d’un VTTAE à la maison ! 


vtt-enduro-electrique.jpg

LE FAQ DU VTTAE

Continuez à poser vos questions en commentaires…

Et à la descente ? Là encore le sujet fait couler beaucoup d’encre. Pour ma part, ayant aussi l’habitude de piloter un DH, je ne suis pas trop perturbée par le poids du VTTAE. Mon Liv Intrigue E+ est bien maniable et joueur, et très sécurisant dans les sections cassantes. C’est un peu moins agile en épingles que l’enduro musculaire, mais il faut simplement prendre ses repères. 

Et l’autonomie ? J’ai eu envie de pousser mon Intrigue E+ dans ses retranchements sur une belle boucle de 46 km entre Luz Saint Sauveur et Cauterets. Au menu, 1400 m de dénivelé positif,  et autant de dénivelé négatif, tout en jolis singles de montagne. J’ai alterné modes modérés (la plupart du temps) et mode sport (uniquement pour les sections très raides) pour économiser ma batterie. A la fin de cette sortie magnifique, la batterie s’est mise à clignoter en rouge juste au moment d’arriver à la maison : je crois que je suis allée au bout. Si on veut aller plus loin, on peut aussi embarquer une seconde batterie dans le sac à dos ! 

Et en plaine ? Si le VTTAE est vraiment pertinent en montagne, je suis plus partagée sur son utilisation en zones « plates ». Quand vous atteignez 25km/h, l’assistance se coupe. Et comme on atteint très rapidement cette vitesse sur le plat, l’utilité est plus discutable. C’est vraiment intéressant en zones vallonnées/montagneuses.  

Quel type de moteur ? Liv travaille avec des moteurs Yamaha, je suis hyper contente de la sensation de fluidité qu’il délivre, on a pas d’à coups comme chez d’autres marques. Et il y a vraiment une bonne puissance. 

Que faut il regarder quand on achète un VTTAE ? C’est un peu comme sur n’importe quel vélo, cela dépend de votre niveau, de votre morphologie, de l’utilisation envisagée.. Mais vérifiez qu’il ait une bonne autonomie (batterie de 500 watts), des freins relativement puissants (le vélo est lourd !), et qu’il y ait beaucoup de développements, histoire de grimper aisément dans le raide !

Et vous, qu’en pensez vous ?

A vos avis et questions !

velo-porquerolles

(c) Photo de titre : Droz Photo / Liv Cycling France


2 réflexions sur “Comment le VTTAE a changé ma vie (ou presque !)

  1. Moi je dis merci! parce que quand on dit qu’on a un VTTAE on se fait direct traiter de vieux fainéant! Et franchement, je ne crois pas du tout, ca ouvre juste d’autres horizons, ca nous permets de faire des tours que l’on aurait jamais pu faire avec un VTT normal, et meme que quand on rentre on est quand meme fatigué! ;)

Et toi, qu’en penses tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s