[Surf] Justine Dupont sur le WCT : INTERVIEW !

Justine Dupont, la jeune française du team Billabong vient de remporter le titre de Championne d’Europe ASP couronnant une fin de saison extraordinaire en Europe, ce qui lui ouvre les portes du WCT. Elle rejoint ainsi Pauline Ado sur le World Tour, deux françaises dans les 16 meilleures mondiales, c’est historique !

Salut Justine, quels sont tes sentiments après cette victoire ?

« Je me sens vraiment bien en ce moment et c’est un honneur de remporter ce titre. C’était un de mes objectifs d’autant plus que j’avais manqué le titre en Pro Junior cette année, alors gagner celui-ci c’est fantastique !Toutes les Françaises étaient dans la compétition cette saison, même Pauline (Ado) avait participé à toutes les épreuves et voulait vraiment gagner ce titre.  Je tiens d’ailleurs à remercier Pauline, Alizée (Arnaud) et Cannelle (Bulard) qui m’ont poussé vers le haut à chaque événement. Le niveau de surf était vraiment élevé et c’était difficile à chaque compétition. Je veux aussi remercier mon nouvel entraîneur, Richard Marsh, qui était à mes côtés à Pantin et ici aux Açores, son aide m’a été extrêmement précieuse. Je suis aussi très heureuse et excitée d’entrer sur le World Tour l’année prochaine. »

Peux tu revenir un peu sur ton parcours pour celles qui ne te connaissaient pas…

J’ai 20 ans et je viens de Lacanau. J’ai débuté le surf à l’âge de 11 ans et c’est à l’âge de 15 ans que j’ai commencé la compétition. Puis je suis entrée au Pôle France à Bayonne jusqu’au Bac. Je pratique le shortboard mais aussi le longboard en compétition. Et j’ai la chance de beaucoup voyager avec mon sponsor Billabong, ce qui me permet de surfer dans des endroits géniaux.

Comment jongles tu entre shortboard et longboard ? N’est ce pas difficile d’avoir un aussi bon niveau dans l’un que l’autre ?

Par moment, il faut faire des choix, mais heureusement j’arrive toujours à concilier les deux, pour le moment. Le plus dur reste d’éloigner le shortboard pour consacrer assez de temps au longboard avant la compétition !

Pourquoi privilégies tu le longboard en compétition ?

Pour l’instant, je préfère me focaliser sur ma progression en shortboard à l’entraînement et faire plus  de compétitions de longboard. Mais le fait de faire du shortboard me permet de progresser en longboard, et vice versa, cela m’apporte pour les deux ! Sinon, je fais beaucoup plus de shortboard que de longboard !

 

Je crois que le surf de gros fait partie de tes rêves, peux tu nous en dire plus ?

Cette année au printemps, je suis partie à Waimea avec Billabong, et j’ai pu surfer de grosses vagues à la rame. J’ai adoré ! Je vais repartir cette année à Hawaï, toujours avec le team, dans une maison en face de Backdoor, et j’espère que je vais avoir la chance de repousser encore mes limites dans des vagues consistantes. Sinon, je suis aussi allée faire du tow-in deux fois avec François Liets, dans les Landes. J’ai eu des sensations uniques ! Pour la deuxième session, j’ai eu la chance de prendre quelques vagues où je me suis faite enfermer dans le tube ! Hormis cela, je n’ai pas encore véritablement surfé de très grosses vagues mais j’aimerais m’en rapprocher de plus en plus…

Tu voyages beaucoup, quels sont les spots que tu as le plus aimé?

Je crois que je n’ai pas de spot préféré, j’aime bien toutes les vagues. Après, on a beaucoup de chance car nous avons, en France, de très bonnes vagues dont les beachbreaks landais ! Merci à la famille Arnaud de m’accueillir pour pouvoir surfer ces vagues !  J’aime bien les spots de sable car c’est constamment la recherche du meilleur banc de sable, ça change toujours et on a pas le temps de s’en lasser !

Filmes tu (pour une production, des podcasts) ?

Non, pas encore. Quand je suis chez moi, à Lacanau, ma mère me filme quelques sessions. Richard March m’a filmé aussi cet été lors des compétitions. Cela m’aide beaucoup, cela me permet de me rendre compte de mon surf et de l’analyser pour progresser. J’aime bien aussi demander à des coachs ce qu’ils en pensent, et ce que je dois travailler.

Que penses tu de l’évolution du niveau en compétition ces derniers temps ?

J’ai l’impression que le surf évolue chaque jour et de plus en plus vite! C’est incroyable comme les limites sont constamment repoussées. Personnellement, j’aime beaucoup regarder les garçons surfer et j’essaie de m’en inspirer.

 COMPOSITION DU WORLD TOUR 2012 :

1 – Carissa Moore (HAW)
2 – Sally Fitzgibbons (AUS)
3 – Stephanie Gilmore (AUS)
4 – Tyler Wright (AUS)
5 – Silvana Lima (BRA)
6 – Coco Ho (HAW)
7 – Sofia Mulanovich (PER)
8 – Courtney Conlogue (USA)
9 – Pauline Ado (FRA)
10 – Laura Enever (AUS)
11 – Malia Manuel (HAW)
12 – Lakey Peterson (USA)
13 – Sage Erickson (USA)
14 – Rebecca Woods (AUS)
15 – Paige Hareb (NZL)
16 – Justine Dupont (FRA)
17 – ASP Wildcard *To Be Determined

Publicités