[BMX] Interview de Magalie Pottier, Championne du Monde

Magalie Pottier fait partie des meilleures françaises et des toutes meilleures mondiales en BMX. Elle est en train de réaliser une super saison 2012, avec une victoire en Coupe du Monde, et désormais un titre de Championne du Monde… De bon augure pour les Jeux Olympiques de Londres, où elle fera figure de favoriteLa discipline de Magalie, c’est la race. Imaginez une piste de motocross, ou de boardercross (en snowboard par exemple) avec d’énormes sauts (10 m de gap parfois) et de gros virages relevés… Eh bien c’est un peu ça, mais avec un vélo. Les filles partent à 8 dedans, donc autant dire que le suspense est entier jusqu’à la fin, et que cela demande une bonne dose d’engagement, car les chutes sont souvent spectaculaires.

Image de titre (c) Craig Dutton

Nous avons rencontré Magalie, elle nous parle de sa discipline, de son parcours et de ses projets, dont les Jeux Olympiques cet été!

  • Salut Magalie, raconte nous comment tu as commencé le BMX ?

Je suis montée pour la première fois sur un BMX à l’âge de 6 ans, pour suivre mes frères qui en faisaient sur une piste près de chez nous, à Vallet, près de Nantes. Au début, c’est mon papa qui me poussait pour monter sur les bosses, j’étais trop petite ! Et puis, j’ai continué, et de défis en défis, j’ai réussi à passer les bosses, puis les sauter, et en grandissant à augmenter la taille de ce que je sautais, et bien sûr à aller de plus en plus vite ! Fan de sports, j’ai touché un peu à tout mais le BMX est le sport qui m’a donné le plus de sensations et d’adrénaline !

  • Quand as tu commencé les compétitions ?
Assez rapidement en fait…L’année de mes 7 ans, mes parents ont choisi comme destination de vacances le lieu des Championnats du Monde, à Brighton, sur la côte anglaise, pour qu’on puisse le voir, vu qu’on aimait tous le BMX. Il y avait une catégorie pour les petits, alors on s’est dit que ça pouvait être marrant et on m’a inscrite dans les 8 ans et – filles. Et j’ai gagné ! J’étais trop contente, super motivée pour la suite… En rentrant, j’ai continué à faire des compétitions, régionales, nationales, ça marchait bien et ça me plaisait, alors j’ai continué. Chaque année ensuite, mes parents m’ont emmenée aux Championnats du Monde. En grandissant, je suis entrée au pôle France Jeune à Bourges, puis au pôle France Elite, à Aix en Provence, à 17 ans.
 
  • Qu’est ce qui te plaît le plus dans le BMX ?
La vitesse, la sensation dans les virages, la bataille avec les autres : savoir doubler, trouver la trajectoire la plus rapide, et bien sûr les SAUTS ! J’adore sauter de plus en plus gros, ça demande beaucoup d’engagement, de maitrise et on a l’impression de voler :) !
  • Comment gères tu la peur, l’appréhension face à ça ?

Ca pars de loin. Quand j’étais petite, c’étaient mes frères qui m’entraînaient. Je leur faisais  totalement confiance, et donc quand ils me disaient «Là ça passe, tu peux sauter», je ne me posais plus de questions, et je sautais ! Et par la suite, j’ai appris à connaître par moi même ce que je pouvais faire et ce qui ne passerait pas. Donc maintenant je fais confiance à mon expérience… Et puis surtout, c’est tellement de bonnes sensations de sauter que le plaisir prend le pas sur la peur !

  • En compétition, hormis le Time Trial (= tours chronos en individuel, ndlr), vous partez à 8 filles sur la piste… Comment gères tu tes courses ?
Le départ est très important. Il représente 70% de la course. Un bon départ permet dêtre en tête et de pouvoir ainsi choisir ses propres trajectoires sur la piste. C’est trop bien d’être devant et de mener, mais être derrière et réussir à revenir, à doubler, à trouver la bonne trajectoire pour passer… ça c’est bon aussi !
  • Il y a beaucoup de disciplines dans le BMX (freestyle, flat), en as tu déjà essayé d’autres ?

Oui, j’ai fait un peu de BMX dans un skatepark, mais c’est quand même bien différent comme pratique. Les sauts ne sont pas les mêmes, mais c’est intéressant, ça permet de s’adapter, de trouver de nouveaux aspects techniques à travailler ! Le plus intéressant pour ceux qui rident en BMX, c’est la pratique du dirt (= du slopestyle, un peu comme en VTT, ndlr). A la base, le but est de faire des rotations, des figures, mais pour nous cela permet de travailler les gros sauts et parfois un peu notre style :) !

  • Y’a t’il une augmentation du nombre de filles dans le BMX ?
Oui, ça commence… Le BMX est un peu plus médiatisé, on en parle plus avec les J.O, et il y a eu la médaille d’or olympique d’Anne Caroline Chausson : je pense que tout ça donne davantage envie aux filles. 
  • Quels sont tes projets pour le futur ? 
Les Jeux Olympiques de Londres,  cet été. Je suis contente, car j’aime beaucoup la piste, il y a de la vitesse, des gros sauts…Elle me correspond bien. Les Jeux, c’est bien sûr le plus gros objectif, mais il reste encore quelques courses avant, donc je ne fais pas une fixation totale là dessus. J’ai envie de profiter de chaque course avant ça. 
EN SAVOIR +
Son site web : http://magaliepottier.com/
Magalie est sponsorisée par DN1 des Pays de la Loire, la Française des Jeux, Oakley, Nike 6.0, la région des Pays de la Loire, le Comité départemental de Loire Atlantique, le Club Atlantique, le CDOS, le club de Carquefou.


Publicités