[SKI] X Games Tignes : Marie Martinod gagne le pipe devant Anaïs Caradeux et Maddie Bowman ! + Interview

181089_10151372848056964_817518732_n

Elle est de retour. Pour de vrai. Marie Martinod, après 7 ans d’absence et seulement quelques mois d’entraînement, revient sur la scène mondiale et remporte le pipe aux X Games de Tignes, devant l’autre française, Anaïs Caradeux. Anaïs faisait clairement partie des favorites, avec Maddie Bowman, Roz Groenwoud, ou même Virginie Faivre, récente Championne du Monde. Mais si Virginie réussit particulièrement bien sur les FIS, elle a moins de chance avec les X Games, et peine hier soir à prendre de l’amplitude. Roz Groenwoud n’est pas elle non plus dans son meilleur jour. En revanche, Anaïs Caradeux et Maddie Bowman se battent bien. Mais dès le premier run, Marie Martinod a mis la barre haute, avec un gros back to back 5 pour débuter, un flair, un gros air et un 7, qui lui vaut 86.33 points.

Sur le second run, Anaïs améliore son score (VIDEO) et se place juste derrière Marie avec 85.33 points, autant dire qu’elles sont dans un mouchoir de poche. Le suspense tient jusqu’au bout car si Anaïs et Marie tombent sur leur dernier run, Maddie Bowman pose ses tricks. Un instant plus tard, la note tombe : 85 points. Ca se joue à un cheveux, mais Marie est 1ère, Anaïs 2ème et Maddie 3ème. Anaïs laisse s’échapper encore une fois la médaille d’or, mais elle en est tout prêt, avec une des meilleures amplitudes de la compétition. Marie signe quant à elle un grand retour avec les honneurs : style, technique, engagement. Joli.

733930_10151372848496964_197578095_n

Interview de Marie Martinod

Salut Marie, tu as arrêté le ski depuis 7 ans. Raconte nous ta vie durant cette période…
Un jour, j’ai appelé mes sponsors et je leur ai dit « c’est fini ». Ca a été brutal pour eux, mais pas pour moi. J’avais mûrement réfléchi cette décision. J’ai repris une vie classique, je suis partie faire une saison d’été, j’ai passé du temps avec mon chéri. J’ai réappris à aimer des choses simples, à profiter de chaque instant. C’était des choses que j’avais oublié, car de 15 à 22 ans, j’étais dans une vie parallèle, adulée, traitée comme une petite princesse, dans ce milieu si particulier du ski. D’un coup j’ai découvert ce qu’était la « vraie » vie. Mon chéri est un homme extraordinaire qui m’a appris à aimer les détails du quotidien, comme se promener en forêt, observer la nature alentour. J’ai aussi travaillé, et j’ai eu une petite fille, qui a aujourd’hui 3 ans, Mélirose.

Comment as tu pris la décision de revenir ?
Beaucoup de choses ont compté dans ce choix. D’abord, j’ai été très touchée par la mort de Sarah (Burke) l’année dernière, qui était pour moi à la fois une amie et une source d’inspiration. Il y avait aussi l’arrivée du pipe aux Jeux Olympiques. Et aussi Virginie (Faivre) ma meilleure amie, qui me disait de revenir, que c’était possible d’y arriver. Alors j’ai mûri cette décision. En novembre, j’ai vendu mon bar et je me suis jetée à 100% dans l’aventure. J’ai envie de participer à la progression de notre sport pour continuer l’oeuvre de Sarah et la rendre fière.

Tu t’es ensuite entraînée sans relâche…
Oui, à ce stade c’est de l’acharnement. Je me suis entraînée dur pour que cela paye. J’ai beaucoup skié, j’ai énormément travaillé le côté physique avec un préparateur, j’ai fait du water jump, j’ai consacré un nombre d’heure incalculable à l’entraînement. Et je continue ! Sans jamais rien lâcher. Quand les garçons font huit runs, tu en fait huit aussi, et quand tu es fatiguée, tu remonte et tu t’accroche. La victoire de ce soir a une saveur particulière car derrière il y a tellement de travail ! Rattraper le niveau demandait encore plus d’investissement.

531692_10151372848166964_493021711_n

Tu t’entraînes avec Greg Guenet et tous les gars du Freeski Project (Kevin Rolland, Toto Krief, Ben Valentin etc…), comment ça se passe ?

Greg est le meilleur coach du monde ! J’ai beaucoup de chance de faire partie du groupe, ça m’a énormément aidé. A Copper Mountain, j’avais un garçon en haut, un en bas, un à côté de moi, et tous me motivaient pour que je retente le McTwist que je savais faire il y a 7 ans. Mais après tant d’années c’est plus la même chose. Grâce à eux, j’ai foncé. Je suis les conseils de Greg à la lettre. Ils sont super gentils de me le prêter, c’est très important pour moi. On travaille bien ensemble, et maintenant on va encore plus mettre le paquet ! J’ai envie d’arriver aux Jeux Olympiques avec un gros run. Toutes les filles se donnent à fond, donc pour moi c’est pas le moment de freiner, il ne faut rien lâcher et redoubler d’efforts. Du gros ski, voilà l’objectif !

Mélirose a 3 ans. Comment gères tu en parallèle ta vie de skieuse et de maman ?

Ca m’aide beaucoup d’avoir Mélirose, je prend plus facilement du recul ainsi. Quand j’arrête le ski et que je rentre à la maison, je redeviens une maman. Je dois gérer le quotidien, les repas, le bain… Ca fait retomber la pression du ski, et en passant du temps avec Mélirose, je n’attache plus autant d’importance à un entraînement raté ou à une contrariété… Cette année, on a pu l’emmener partout avec nous, elle a été géniale. En fait, plus ça bouge, plus elle est contente !

IMAGES : Andy Parant, Jolan Berard, Tristan Shu

Publicités