Carnet de bord du GravityLadies x Roxy Splitboard Camp !

VANOISE-RANDO-GIRLS

Quand nous avons lancé l’idée d’un GravityLadies Splitboard Camp, avec l’UCPA, puis Roxy, j’avais une idée assez précise de ce que je désirais : une semaine de ride entre nanas, avec des bonnes vibes, des fous-rires et de jolis runs en Vanoise.

Le groupe s’est constitué petit à petit, aucune des filles ne se connaissaient, mais toutes venaient avec la même envie : découvrir le coin, profiter de la splitboard ou du ski de rando, et améliorer leur connaissance de la montagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis, tout à coup, je me suis demandée : est ce que la mayonnaise va prendre ? Est ce qu’elles vont s’entendre ? Le groupe sera t’il homogène ? Pas si évident quand chacune arrive avec son univers, sa façon de voir les choses, ses peurs, et quand le niveau de ride et la condition physique peuvent varier largement…

Le dimanche soir, quand je suis venue les retrouver pour l’apéro de bienvenue à l’UCPA de Tignes où elles s’étaient installées, il m’a suffit de 30 secondes pour comprendre que tout allait se dérouler comme je l’imaginais.

Déjà attablées devant une bière, elles semblaient se connaître depuis toujours et Alika faisait le service des petits fours. Elles n’avaient passé que quelques instants ensemble mais tout était naturel.

LE CLUB DES CINQ

Alika, la jeune maman du Jura, avait laissé boutique et petite famille pour venir se ressourcer quelques jours et surtout goûter à nouveau aux joies du snow et de la montagne, qu’elle avait un peu mises entre parenthèses ces derniers temps.

Elsa, rideuse passionnée, partage sa vie entre le snow et le wake, du côté d’Exo La Rena, puisqu’elle est désormais installée dans l’Ain. Elle connaissait déjà l’Espace Killy et cherchait donc à découvrir de nouveaux itinéraires de splitboard aux alentours.

Sandrine, qui avait déjà switché en mode été sur son vélo, a ressorti sa board pour faire un dernier plein de poudreuse.

Aline, dentiste du côté de Narbonne, venait quant à elle découvrir le ski de rando, qu’elle n’avait jamais pratiqué, bien que skiant souvent sur Tignes.

Laure, sudiste installée à Grenoble avait quant à elle envie de se perfectionner en ski de rando, puisqu’elle avait déjà une semaine de raid dans le Queyras à son actif.

grande-casse-et-les-filles

Laure, Sandrine, Antoine, Alika, Aline et Elsa

3 snowboardeuses et 2 skieuses donc, voici un petit groupe parfait pour se balader dans les montagnes alentours.

Histoire de venir temporiser ce groupe de girlies déchaînées, nous y avons ajouté un soupçon de testostérone en la personne d’Antoine, qui allait avoir la délicate mission de guider ces demoiselles dans la tempête (mais ça, il ne le savait pas encore).

Même si le boulot ne me laissait pas le loisir de rider avec les filles toute la semaine, j’ai quand même pu partager pas mal de sessions avec elles.

groupe-rando-tignes

LE LUNDI AU SOLEIL

On est directement entrées dans le vif du sujet le lundi, car la météo ne nous laissait pas grand espoir quant à la suite de la semaine.

C’est derrière le Col du Palet, en direction du Col de la Croix des Frêtes, que nous avons attaqué notre première rando. Aline, qui n’avait jamais mis les peaux de sa vie, nous a fait de magnifiques démonstrations de conversions. Au bout de quelques essais, la voici rôdée…en mode Aline, Machine !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Très vite, on se rend compte que le groupe est super homogène en terme de niveau de ride et de conditions physique : ça avance bien, personne n’est à la traîne.

Arrivées à un petit col, la vue sur la Grande Casse permet aux filles de se régaler les yeux et de faire de jolies photos avant de profiter de la descente.

GRANDE CASSE.jpg

Almes tignes.jpg

Il reste de quoi faire…

Ca tombe bien, car dès le lendemain, un invité surprise vient jouer les trouble fêtes. Le brouillard s’accroche aux crêtes et c’est presque dans la tempête que les filles passent le Col de la Sana, entre Tignes et Val d’Isère. Des conditions dantesques pour tester à fond le matos prêté par Rossignol (les splitboard Diva de 2018), Plum (avec le modèle femme 2018) et Roxy (la ligne Gore Tex bien utile dans ce temps de chien).

18058005_1501565269913797_156435147486293038_n

Les filles rentrent détrempées pour le cours de yoga qui clôt la journée. Nathalie, notre prof, propose un cours original, idéal pour les sportives et surtout hyper adapté aux petits bobos de chacune. Avec en prime une relaxation-massage grand luxe !

Pas d’accalmie pour le mercredi, et on décide de rester au chaud ! Je rejoins les filles à la belle salle d’escalade de Tignes en compagnie d’Antoine. Comme moi, certaines en font en dilettante, tandis que d’autres comme Alika grimpent plus assidûment.

Les filles échangent des conseils, on pose des cordes pour celles qui n’en ont jamais fait, on rigole, on s’encourage. La complicité du groupe est géniale, personne ne se prend la tête, tout le monde est bienveillant, généreux et disponible pour les autres, un vrai bonheur.  

L’après midi se partage entre runs de proximité, sieste et ateliers sécurité (recherche DVA etc).

Le temps n’est toujours pas à la fête, mais on peut rider de la poudreuse le jeudi et le vendredi, un privilège à cette époque. La rando du jeudi, sur Val d’Isère, offre son lot de petites aventures et de grands fous rires pour les filles, qui chantent en marchant.

splitboards col de l'iseran

Antoine, habitué aux suédois plutôt gaillards, avoue avoir été impressionné par la caisse de ses demoiselles, rapides (à la montée comme à la descente), et même capables de chanter après deux heures de marche dans la tempête !

splitboard vallon de l'arse.jpg

La neige redouble d’intensité et les températures baissent le vendredi, nous permettant de rider de la véritable neige de janvier, légère et agréable.

Le brouillard étant toujours de la partie, nous optons pour un couloir à l’accès certes un peu scabreux, mais qui nous permet de voir (à peu près) le relief.  

couloir lorenzo tignes

A la sortie de celui ci, nous voici sur un plateau, persuadées de marcher dans la purée de pois jusqu’à un pont situé bien plus bas. Tout à coup, une dameuse -cabine fait une apparition fantomatique, tirant un snowboarder qui s’agrippe à une corde. Antoine fait du stop dameuse et contre toute attente, le chauffeur accepte que l’on s’accroche nous aussi à la corde. 50 mètres plus loin, il s’embourbe dans la neige fraîche. On se regarde interloquées : On pèse si lourd que ça ?

dameuse outdoor cameleon

En réalité, la dameuse porte dans un godet à l’avant une yourte démontée (Outdoor Cameleon possède en effet un village d’igloo et une yourte au bout du plateau), et ne peut pas se servir de sa lame. Elle est bel et bien embourbée, et malgré tous ses efforts, le chauffeur est impuissant.

Fou rire quand Sandrine sort de son sac sa pelle en plastique pour lui proposer de l’aide…!

Finalement, une énième accélération lui permet de sortir de son trou et le chauffeur nous propose de monter dans la cabine pour nous ramener à la civilisation. Assises entre les bouteilles de vin et autres provisions, nous profitons de notre baptême de dameuse !

La semaine se termine pour les filles dans l’eau chaude du Lagon, la piscine de Tignes, avant de rattraper tous les maigres pic nics de la semaine par une grosse brasérade/raclette à l’Arolay, à Val d’Isère !

La soirée est à l’image de la semaine, ponctuée de gros fous rires, mais teintée d’un peu de nostalgie… Les filles ont tissé des liens et promettent de se revoir bientôt… en montagne, sans doute !

SPLITBOARD-CAMP-TIGNES

Un grand merci à : Laure, Aline, Alika, Elsa, et Sandrine pour leur bonne humeur et leur énergie, à Antoine pour avoir cocooné les filles pendant une semaine (et supporté les discussions de gonzesse), à Roxy pour avoir bien gâté les filles et prêté des tenues 2018, à Rossignol pour le test des Diva, à Plum pour celui des fixations, à l’UCPA, à Outdoor Cameleon pour le tour en dameuse imprévu, à Yo et les skimen de Tignes pour le montage-réparations des boards et à Ju & Marie de l’Arolay… 

 

Publicités