Suite : Les aventures freeski de 4 Geishas au jour le jour ! [ski]

La Geisha Week by Salomon, c’est parti ! Nous publierons au quotidien les aventures de ces 4 demoiselles, embarquées sur les plus belles pentes des Alpes, aux côtés de 2 rideuses du team Salomon, Marianne Bréchu et Ophélie David.  Suivez les…comme si vous y étiez !  Update chaque jour dans la suite de l’article !

Geisha Week, lundi 21 mars. DAY 1, Journal de Romain:

Qui dit Geisha dit demoiselle, qui dit demoiselle dit temps de préparation. Douche, maquillage, parfum, sèche cheveux, permanente, vernis à ongle, manucure, ça change un peu de notre dernière Rocker Week en camping car… mais bon, nous étions au courant et on va anticiper les réveils. Sur ces mots un tantinet macho, une fois que nos rideuses sont prêtes, il faut les suivre. La Geisha week c’est parti pour cinq jours de ride.

Tout itinérant que nous sommes, nous avons jeté notre dévolu sur les Alpes du sud pour notre début de trip car c’est à cet endroit que les conditions sont les plus appropriées. Il faut dire que cet hiver n’est pas le meilleur que nous ayons vécu, il y a de nombreux accidents graves en ce moment, il fait chaud, le printemps a pris place, il y a eu du vent et j’en passe. Pas de quoi s’en mettre par dessus la tête sous peine de se la faire couper. Les temps sont durs, plutôt ingrats…

La Grave, lieu mythique, un des épicentres du freeski dont la seule prononciation affûte les sens et invite au voyage. C’est d’ici que nous commençons le notre et aucun de nous sait où il finira. Les spatules nous guident, le vent nous pousse et on verra bien la suite… Toujours est il que la première journée s’est super bien déroulée. Premier déplacement du groupe avec ses inerties, ses impératifs de sécurité, sa cohésion à trouver. Me voilà à parler comme un entraineur de foot mais point de ballon sur notre terrain de jeu, juste de la neige, de la glace, des crevasses, des rochers, des sommets, et des filles. Quatre demoiselles parties apprendre, comprendre, progresser et se faire plaisir avec deux guides et deux rideuses pro. Elles connaissaient l’ARVA, la pelle, la sonde mais une broche à glace ou encore une longe, pour quoi faire ? Un peu de formation sécu, un peu de peuf et beaucoup de courbes.

Une belle journée sous une tempête de ciel bleu avec un vent de bonne humeur et un rayon de douceur. Ça détend un peu les neurones et ça fait plaisir.
Demain, on verra bien où l’on sera, c’est le vent qui nous le dira…

tcho
rom’

Mardi 22 mars – Day2, Journal de Romain, suite:

Discours sur La Rocker Week avec les mecs:  » J’entre dans le couloir, je pose deux gros appuis de sanglier avant de sauter la barre de 10 m… Un pur grab, solide au landing, j’enchaîne par une straight à mac 2 et si je suis chaud j’envoie un back avant la double… »

La Geisha:  » Je pars tranquille doucement pour sauter le petit téton en dessous du caillou. Si j’ai le temps et que je ne tombe pas, je gratte le ski avant de m’arrêter prendre une photo… »
 

Encore un discours du macho que je suis… Le truc, c’est que les filles sont réalistes et analysent bien mieux leur technique et leurs faiblesses quand nous, pauvres hommes que nous sommes, voyons la compet’, le dépassement, l’envoyade… quel bonheur de profiter de cette approche toute pleine de douceur ! Rien de gras, pas de blague fanée (sauf les guides et moi), pas de défi ni de provoc’. On est là, on est bien, on profite et on a la banane, enfin la patate… Ce n’est pas: le dernier est un lâche, si t’es pas mort envoie plus fort, si tu freines t’es un naze… et autres discours plein de testostérone. Le fun et le plaisir prédominent. Une aventure bien appréciable dans ce monde de brute, où finalement c’est un peu le challenge au quotidien. Là, on prend le temps et on observe des sourires radieux du levé au couché.

Demain c’est couloir raide sur neige revenue, pour une descente sur Saint Christophe, enfin on espère…

Je concluais hier par « le vent nous portera… ». Il était tellement fort aujourd’hui, qu’il n’a pas permis l’ouverture des remontées mécaniques de la Grave. Alors, on a écouté encore une fois Tony qui a dit: « On va à Puy Saint Vincent… ». De toute façon nous n’avons pas le choix… et encore une fois, il ne s’est pas planté. On a trouvé de la fraîche, de la peuf, de la poudre et ce fût une deuxième très belle journée.

Rom’

 

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure du trip des filles et de leurs chevaliers servants, alors stay tuned !

Publicités