Marie Martinod : Interview Pré-Jeux Olympiques

Martinod-marie.jpg

Les Jeux Olympiques commencent dans moins de 10 jours à PyeongChang. Vice championne olympique de ski halfpipe à Sochi, vainqueur du globe de cristal et des X Games l’année dernière, Marie Martinod glisse vers son rêve ultime : grimper tout en haut du podium olympique…

Une bien belle manière de couronner une carrière incroyable et atypique, en deux parties. Marie Martinod est en effet sur la scène ski freestyle mondiale depuis plus de 10 ans, avec une première carrière de jeunesse, ultra freestyle, alors que la discipline était naissante et rock n’roll, et une nouvelle carrière de la maturité, depuis 2011, plus sérieuse, plus…olympique. 

Maman d’une petite Mélirose, Marie Martinod est une femme accomplie, épanouie, qui vit à 100 à l’heure, dans un halfpipe comme dans la vie….

Avant de suivre ses aventures le 20 février à Sochi, j’ai voulu savoir dans quel état d’esprit elle aborde cette grande aventure …


Salut Marie, dans quel état d’esprit es tu avant la dernière ligne droite ?


Je me sens bien, je suis d’attaque ! Cette semaine, on va continuer à peaufiner mon run à l’entraînement pour que le 1080 passe proprement et de façon régulière. Et tout se passera bien ! 

Quelles sont les filles que tu crains le plus ?

Je pense que la compétition est assez ouverte et que beaucoup de filles peuvent prétendre à une médaille si elles posent parfaitement leur meilleur run. Donc ma principale adversaire, c’est moi ! Je sais que si je pose proprement le run que j’ai en tête je peux aller chercher le titre. A moi donc, d’être capable de produire mon meilleur ski au bon moment.

Comment vas tu utiliser l’expérience de ta première olympiade ?

Même si les JO, c’est toujours particulier, j’ai déjà un peu de recul sur le déroulé des choses, comment rester focus, ne pas se faire happer par les médias…A Sochi, Anaïs Caradeux, vice championne du monde à Oslo, en 2013, avait davantage vécu la pression médiatique pré JO. Etre moins sollicitée avait été une grande chance pour moi, cela m’avait sans doute aidée à rester dans ma bulle.
Je sais que cette année, les projecteurs seront davantage braqués sur moi, il va donc falloir gérer ça différemment.

JO 2014 :  Ski Freestyle - Halfpipe Femmes - Sotchi - 20/02/2014

Marie et sa petite fille à Sochi !

Tu es bien entourée avec la team du Freeski Project….

Oui, il y a une bonne énergie, c’est hyper important. Greg Guenet, notre coach, me connaît depuis toujours, il m’a vu évoluer. Je lui fais confiance à 100%… Il sait comment me pousser à donner le meilleur, comment il faut doser mes entraînements, me rassurer quand j’ai un coup de mou, me booster quand j’en ai besoin. Il sait comment aborder les choses pour que j’ose tenter une nouvelle figure en confiance, pour m’aider à monter plus haut dans le pipe. Il est pour beaucoup dans la réussite de cette seconde carrière !

Ta fille et ta famille seront ils à Pyeong Chang?

Non, ils ne seront pas là. C’est loin, c’est très cher et je ne serais pas disponible pour eux. Il leur est notamment impossible d’accéder aux lieux de vie des athlètes ou même aux raquettes d’arrivée. Alors qu’ils sont habitués à être en première ligne quand ils viennent me voir sur les autres compétitions, ce serait très frustrant, pour eux comme pour moi.

Comment parviens tu à gérer de front ta vie de femme, de maman et d’athlète ?


C’est un savant mélange… Rien ne serait possible sans mon mari qui me soutient à fond et qui s’occupe énormément de notre fille. Quand Mélirose était petite, nous partions souvent sur les courses en famille, mais désormais, les stages se sont intensifiés. Elle a grandi, et l’école est devenue beaucoup plus importante, donc ils me suivent moins fréquemment. Elle me manque beaucoup et je sais aussi que je lui manque. Parfois, partir me fend le coeur, et je culpabilise. Mais je me rappelle très vite que l’important pour elle est d’avoir une maman épanouie, heureuse dans ce qu’elle fait. Je cloisonne autant que possible : quand je suis en famille, je ne pense à rien d’autre qu’à partager ce moment avec eux. Et quand je suis sur les skis, je tente de rester focalisée sur ma course ou mon entraînement à 100%.

ski halfpipe interview marie martinod

Quels sont tes objectifs après les Jeux ?


J’ai plein de projets, toujours dans le sport, mais je terminerai ma carrière de compétitrice (pour de bon cette fois ci ! ) dans le pipe de Tignes, lors du SFR Tour, en mars. C’est un sport à risque, beaucoup de sacrifices, j’ai envie maintenant de me consacrer à autre chose. Mais je ne risque pas de m’ennuyer car j’ai plein d’idées…

Lors de ta « première carrière », les Facebook / Instagram n’existaient pas. Désormais, c’est un passage obligé. Comment le gères tu ?

Je trouve ça plutôt sympa. C’est vraiment devenu un média à part entière où tu peux donner des nouvelles sans que ton point de vue soit modifié par l’interprétation que peut faire un journaliste. C est quand même un kif ! Et puis, tu peux vraiment t’amuser en étant créatif dans tes posts. Les gens sont plutôt ravis de savoir ce que l’on fait quand ça provient vraiment de la source ! Bon maintenant, il y a les stories : il faut que je me mette à la page … ahahah !

 POUR SUIVRE MARIE C’EST ICI : ♥ Instagram ♠ Facebook


+ Pour en savoir plus sur son parcours, j’ai réalisé une très grosse interview de Marie dans le dernier numéro des Sportives Magazine, en kiosque en ce moment !