Pourquoi les ados dominent elles le freestyle féminin ?

pourquoi-les-ados-dominent-le-freestyle-feminin

Ces X Games d’Aspen confirment une tendance qui se dessine peu à peu depuis quelques années : la scène freestyle internationale féminine est en plein renouveau, que ce soit en ski ou en snowboard. Des ados pleines de talent bousculent la hiérarchie et apportent une émulation bienvenue, repoussant les limites du sport.

Elles n’étaient pas encore nées quand Candide Thovex remportait les X Games, une époque qui doit leur apparaître comme la préhistoire. Désormais, chez les filles, en ski comme en snowboard, ce sont les ados qui font la loi.

_1454049676_1731_Kelly_003

Si Kelly Sildaru, à peine 15 ans, faisait office de jeune prodige il y a quelques années, elle est désormais rejointe par une pléthore de jeunes rideuses de son âge, ou presque, et qui viennent désormais la challenger.

La preuve hier, avec la magnifique 2nde place de la française Tess Ledeux (la cousine de Kevin Rolland), 6 mois de plus que Kelly Sildaru. Tess arrive avec une proposition intéressante, et notamment un joli bio 7 en fin de run, ce qui va sans doute pousser Kelly à se renouveler et à désaxer davantage ses rotations.

En snowboard, Hailey Langland, 17 ans, s’impose en big air avec le premier Cab double cork 1080 posé par une fille en compétition. En superpipe, Chloe Kim (son portrait ici), 16 ans, n’a pas réussi à conserver son titre, mais reste dans le coup avec une médaille de bronze.

chloe-kim

Mais alors pourquoi ces ados dominent elles le freestyle  ? Et surtout, pourquoi cette tendance est elle spécifique aux filles ?

Pendant longtemps, ce sont les (presque) trentenaires actuelles (Torah Bright, Kelly Clark, Spencer O’Brien, Jamie Anderson, Sarah Burke ♥, Kaya Turski,  etc) qui ont trusté les premières places des compétitions internationales. Elles s’éclipsent peu à peu (sauf Jamie Anderson, qui continue à marquer de son style smooth la scène internationale) et laissent place à des filles qui ont près de 10 ans de moins qu’elles… Mais où est la génération d’entre-deux ?  

tess ledeux x games ados ski.jpg

De plus en plus de filles dans les parks

Le freestyle féminin a mis longtemps à se démocratiser, et les filles étaient souvent très peu nombreuses à pratiquer le ski ou le snowboard sur leur park local. Désormais, il y en a de plus en plus : c’est davantage « accessible/valorisé » pour une petite fille, alors qu’elles étaient auparavant socialement orientées vers des disciplines plus classiques (par les clubs, les parents, les copines)…Peu à peu, les clubs, les structures d’entraînement du monde entier se sont structurées et ont accueilli davantage de filles dans leurs sections ski freestyle/snowboard, créant ainsi une émulation entre ces gamines. On en récolte les fruits aujourd’hui avec ces jeunes pousses prometteuses comme Tess Ledeux et ses copines (le cas Kelly Sildaru étant vraiment particulier). 

kevin rolland et tess ledeux.jpg

Tess Ledeux et Kevin Rolland, son cousin (c) Philippe Milleraux OT la Plagne

Une génération plus encadrée

Disciplines olympiques, le ski et le snowboard freestyle bénéficient désormais de moyens supérieurs, d’un encadrement et d’une attention accrue (dans les autres pays… car en France le débat est ouvert !!). Ces petites rideuses ont directement intégré un club de freestyle, avec un entraînement dédié, à l’inverse de la majorité de leurs aînées, passées par un cursus de ski alpin/ bosses le plus souvent. Alors qu’il y a 10-15 ans, faire du snowboard ou du ski freestyle était être un peu rebelle dans l’âme, l’état d’esprit a changé : ces petites rideuses sont de vraies athlètes, très encadrées et biberonnées à la compet’ depuis leur plus jeune âge. 

kelly-sildaru-x-games-teenager

Plus on est jeune, moins on a de cerveau !

Les appréhensions grandissent avec les années, avec les expériences de blessures, surtout chez les femmes, dont l’instinct de survie est intrinsèquement plus développé…. Quand on est ado, on a un rapport au risque différent, on a encore cette  inconscience insouciance toute particulière à nos jeunes années… Ces toutes jeunes filles s’inscrivent donc plus aisément dans cette progression du sport, repoussant leurs limites et celles du freestyle sans états d’âmes. On le voit par exemple avec Hailey Langland, 17 ans, auteur du premier Cab double cork 1080 en compétition. Ces ados se sont inspirées des générations précédentes et collent désormais la raclée à leurs aînées sans complexes. 

Cette année, c’est le superpipe qui a fait figure d’exception, couronnant des habituées du circuit, Marie Martinod (cocorico !) en ski et Elena Hight en snowboard. Alors que le pipe n’était pas simple à rider, l’expérience aurait elle primé sur le reste ?

Mais, du côté du snowboard, Chloe Kim (3ème) n’a pas dit son dernier mot et compte bien reprendre le leadership d’ici les JO de l’hiver prochain… 

Publicités