Making of : Poudre d’Escampette au Pays Basque !

IMG_5564

Pour la première étape de Poudre d’Escampette, Lilou et moi avons mis le cap plein sud, plein ouest, là où les Pyrénées se jettent dans l’océan… le Pays Basque !

Pour ma part, j’ai toujours adoré ces deux éléments très forts et très différents. Et puis, c’est aussi un bon moyen d’allier le plaisir du vélo à celui de la baignade !

Poudre d’Escampette -Pays Basque from Poudre d’Escampette on Vimeo.

SAINT JEAN DE LUZ

Nous savions que le VTT au Pays Basque recelait plein de surprises et moult facettes. Nous avons choisi les environs de Saint Jean de Luz pour rester le plus possible au contact de l’océan.

Arrivée un peu plus tôt que Lilou et Tony (le gentil garçon qui se cachait derrière la caméra de notre 2nd épisode et qui réalisera à nouveau nos vidéos cette année, bref, celui qui doit nous supporter) à Saint Jean de Luz, je n’ai pas résisté à l’envie d’une petite session plage et balade dans les ruelles. Et j’ai bien fait d’en profiter car les jours qui suivaient allaient s’annoncer intenses !

lucy saint jean de luz

port-St-jean-rhune-pays-basque.jpg

ASCAIN → IBARDIN

Pas de grasse mat’ au programme, puisque dès le lendemain matin c’est à l’aube que nous rejoignons le col d’Ibardin pour capter les premiers rayons du soleil.

La vue sur la baie de St Jean de Luz, en face, et sur la Rhune, à côté, est magnifique. On commence à grimper dans la fraîcheur du matin, et les ventas (qui vendent alcool, cigarettes et parfums au prix espagnol) laissent rapidement place aux crêtes sauvages et dégagées du Manddale.

D’un côté, la France, de l’autre le relief valloné de l’Espagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue-baie-et-pays-basque.jpg

lisa-vue-saint-jean-luz.jpg

Nous basculons côté français pour rejoindre le lac du Xoldokogaina.

Difficile de choisir son chemin parmi les différentes traces sauvages qui se faufilent dans les herbes hautes et les ronces : malgré la carte IGN embarquée dans mon Crosscall, nous voici un peu perdues, pédalant à travers bois sur des chemins relativement larges et plats, bref pas spécialement ce que l’on aime !

C’est finalement deux promeneurs basques qui nous sortent de là en nous indiquant un joli chemin plus escarpé conduisant jusqu’au lac … Cette fois c’est certain, les locaux c’est mieux que toutes les applis de Google Play réunies ;)

On s’amuse bien, on fait un peu de freeride dans les feuilles et les ronces,  avant d’arriver sur les berges du lac où des crapauds en rut jouent un délicat concert…

C’est bien joli tout ça, mais nous on est quand même venues pour voir des pottioks... les grenouilles, on connaît ! Une demie heure plus tard, alors que l’on pédale pour remonter sur la colline de Mokoa, cinq juments déboulent, accompagnées de leurs poulains… Des pottioks ? Ou des chevaux tout simplement ?

pottioks.jpg

Pas assez expertes en équidés, c’est un grand débat qui nous occupe le temps de la montée, avant de descendre sur un chemin arboré, roulant et rapide, bien qu’un peu caillouteux par moments, jusqu’à l’ancienne douane d’Urrugne. Du pur plaisir !

Des petites routes permettent de rejoindre la côte, Ciboure ou Saint Jean de Luz. Nous poussons jusqu’à Socoa et son magnifique fort d’époque. Il fait chaud, on se croirait en plein été et nous regrettons de ne pas avoir mis nos maillots sous les tenues de vélo !

SOCOA

Arrivées à la plage, on dénote un peu entre les baigneurs et les pêcheurs du coin. Mais en nous retournant, les pieds dans l’eau, nous apercevons la Rhune et devinons la crête du Manddale où nous étions ce matin : même si l’eau est de toute façon encore froide pour la baignade, le dépaysement est total !

Lisa socoa.jpg

port-ciboure-pays-basque.jpg

Attablées à la terrasse de Chez Margot, sur le port de Socoa, on ne tarde pas à faire connaissance avec Amatxi, la patronne, une mamie basque haute en couleurs et terriblement attachante !

En quelques minutes, on a l’impression de la connaître depuis toujours.. Elle nous raconte son enfance dans le coin, l’école buissonnière, ses aventures à vélo dans la campagne basque, et entreprend d’ailleurs d’essayer nos vélos…

On laisse le temps filer en discutant avec Amatxi et notre pique nique du midi semble bien loin : ça tombe bien, notre mamie basque ne sert que du poisson pêché le jour même ! On se laisse tenter par une morue et un merlu grillés à la plancha (un délice !) pour terminer la journée en beauté.

amatxi

COTE ESPAGNOL

Le lendemain, nous décidons de remonter à Ibardin, pour explorer le versant espagnol cette fois ci.

Stan, rider local, nous accompagne pour nous faire découvrir son spot favori. Au terme d’une petite montée à la lisière d’un petit bois, nous bénéficions d’une vue imprenable sur les vallées espagnoles.

Des tracés, entretenus par les locaux, serpentent entre les fougères, offrant à nos roues racines et aiguilles de pins légèrement glissantes. L’endroit est magnifique, et tellement fun à rouler!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Même si nous sommes mi mai, la chaleur est accablante, et nous nous persuadons que ce soir, la baignade sera la bienvenue. Notre week end touche bientôt à sa fin. Encore quelques tours de roues et il sera temps de rentrer.

Nous devons repartir ce soir, mais avant ça deux urgences : Lilou ne veut pas repartir de Saint Jean de Luz sans avoir acheté deux paires d’espadrilles, et il nous faut faire un dernier coucou à notre petite mémé basque rencontrée la veille … la mascotte de notre séjour !

bateau-pays-basque

Poudre d'escampette Pays basque GRAVITY

LES SPOTS VTT au PAYS BASQUE

Nous avons roulé aux alentours du col d’Ibardin qui recèle une multitude de tracés et d’options variées selon vos envies et votre pratique (enduro mais aussi cross country).

Si vous êtes motivées (et dans le coin en basse saison) vous pouvez aussi aller à la Rhune, dont la montée, bien raide tout du long, peut être un beau challenge. Le Petit Train n’embarque plus les VTT, donc pas d’option petits mollets ! Choisissez une journée dans la semaine (et non le week end) pour éviter les hordes de piétons sur les sentiers.

Non loin de la région de Saint Jean de Luz (moins d’une heure) : 

  • Le Mont Baigura (plus à l’est, vers Cambo les Bains)
  • Le Jaizkibel (jolie montagne qui plonge dans l’océan juste de l’autre côté de la frontière espagnole)
  • Le Bike Park d’ IrriSarie toujours côté espagnol, avec de jolis tracés…De quoi bien compléter votre séjour VTT au Pays Basque !

PEINTURES BASQUES.jpg

NOS BONNES ADRESSES au PAYS BASQUE 

L’Hôtel du Pont, à Ascain : Un ancien relais de poste du XIXème siècle situé au bord de la rivière et à l’entrée d’Ascain, charmant village basque. Ce petit hôtel sympa offre un bon rapport qualité prix ainsi qu’un accueil très agréable. A quelques minutes de St Jean de Luz et au pied des montagnes, la situation d’Ascain est idéale pour un trip VTT !

chez margot

Chez Margot, à Socoa : Petite mamie très attachante, Amatxi travaille avec ses trois fils et propose une cuisine basque de tradition sur le Port de Socoa. Elle aura à coeur de vous faire découvrir ses meilleures recettes de poissons pêchés le jour même ! Notre rencontre coup de coeur.

Espadrilles Paries, à Saint Jean de Luz : La véritable espadrille de St Jean de Luz ! Ces espadrilles «  écologiques », de fabrication artisanale et naturelle sont cousues à la main, à l’ancienne ! La maison Paries est une référence en la matière : Lilou a choisi des espadrilles traditionnelles, mais il en existe de toutes les sortes…

En savoir plus sur la région de Saint Jean de Luz 

⎯⎯⎯

Merci à : Terre et Côte Basques pour l’accueil, à Antoine et Guillaume pour nous avoir supportées pendant deux jours, à Stan pour nous avoir montré son spot préféré, à Amatxi pour sa gentillesse… et bien sûr MERCI à nos partenaires, Liv, Crosscall et Julbo, sans qui Poudre d’Escampette n’existerait pas. 

Publicités